Outils pour utilisateurs

Outils du site


dependancejeuvideo

Dépendance du jeu vidéo

Devenu une activité répandue sur l’ensemble du globe, les jeux vidéo font maintenant parti de manière non discutable des habitudes de vies et des loisirs d’environ 2.5 milliards de personnes, dont parmi celle-ci beaucoup des nouvelles générations. Cependant, cette nouvelle activité c’est vu attribué de plus en plus d’inquiétude et d’incompréhension : le jeu vidéo peut-il être addictif ? Beaucoup s’en inquiète, parmi eux de nombreux parents, et beaucoup de dite victimes sont même accusé à tort. Comment déterminer si l’on joue de manière excessive ?

Tout d’abord, clarifions le fait s’il est possible d’être dépendant au jeu vidéo. En juin 2018, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) reconnaît officiellement l'addiction aux jeux vidéo dans sa dernière édition du système de classification (ICD-11), comme étant un trouble mental à part entière. Cette addiction est notée au même niveau que les addictions aux drogues et à l’alcool. Le trouble a été inclus suite à des études diverses dans plusieurs régions différente, en plus d’amener les professionnels de la santé à porter une attention accrue sur les risques de développement de ce trouble, mais aussi sur les mesures à prendre en matière de prévention et de traitement.

Ensuite, comment est-il possible de déterminer lorsque le jeu vidéo devient une addiction ? Voici donc une liste qui pourrai aider à reconnaître un trouble de l’addiction au jeu vidéo :

  • La personne pense aux activités de jeu antérieures ou anticipe la prochaine séance de jeu, cela devient l'activité dominante dans la vie quotidienne.
  • Symptômes de sevrage lorsque les jeux sont écartés. (Comme de l'irritabilité, de l'anxiété ou de la tristesse.)
  • La nécessité de consacrer de plus en plus de temps aux jeux.
  • Tentatives infructueuses pour contrôler la participation aux jeux.
  • Perte d'intérêt pour des loisirs et divertissements autres de ceux-ci.
  • Utilisation excessive et continue des jeux malgré la connaissance des problèmes psychosociaux qui en résultent.
  • A tromper des membres de la famille, thérapeutes ou d'autres personnes en ce qui a trait à la quantité de jeux.
  • Utilisation de jeux pour fuir ou soulager une humeur négative (sentiments d'impuissance, de culpabilité, d'anxiété).
  • A mis en péril ou perdu une relation importante, un emploi ou une possibilité d'éducation ou de carrière en raison de sa participation à des jeux.

Là-dedans, tous les réseaux sociaux ainsi que les jeux d’argents sont exclus.

Pour continuer, à quel point les personnes jouant à des jeux vidéo sont-elles suspectes à développer une dépendance ? Il faut savoir qu’on estime que la dépendance aux jeux vidéo touche moins de 3 % des « gamers ». On estime que dans la plupart des cas, se sont les jeunes entre 14 et 24 ans qui sont affectés. De plus, on estime que joué plus de 8h par jour peut devenir problématique.

jeuvideo.jpg

Dans la plupart des cas, on note que l’addiction est souvent reliée à des troubles sentimentaux ou d’anxiété, car les jeux permettent d’échapper à ses mauvais sentiments, même s’il en résulte qu’un plus grand sentiment de solitude et d’aggravation du cas psychologique. Il reste néanmoins très rare de voir des cas ou les habitudes alimentaire et hygiénique sont mises de cotés.

dependancejeuvideo.txt · Dernière modification: 2019/06/05 00:40 par 1540929